Accueil Jeux-vidéo PS5 GHOSTWIRE TOKYO – Test PS5

GHOSTWIRE TOKYO – Test PS5

Posté dans PS5 Le 21 mars 2022 par Anthony Cocain

Annoncé en juin 2021, l’exclue temporaire de Ghostwire Tokyo sort enfin chez nous ce 25 mars 2022 pour notre plus grand plaisir. C’est l’équipe de Tango Game Works qui s’occupe de ce FPS Horrifique orienté action. Est-ce-que l’équipe de Shinji Mikami (Resident Evil, The Evil Within) arrivera à nous convaincre dans cet open-world mêlant enquête, action et sciences occultes? Réponse dans ce test!

L’histoire

Ghostwire Tokyo se passe bien évidemment à … Tokyo ! Nous sommes tout de suite dans le vif du sujet. Un mystérieux inconnu et maître de l’occulte masqué invoque un brouillard intense et va décimer 99% de la population de la capitale nippone. Akito, un jeune japonais est happé et tué par ce brouillard mais un esprit qui n’a pas fini d’accomplir sa tâche sur Terre va prendre possession de son corps et le ressusciter. Ensemble ils vont devoir sauver la ville, les esprits errants et vaincre les monstres qui voudront vous causer du tort. A vous d’enquêter sur ce mystérieux inconnu, de vous débarrasser du brouillard tout en cohabitant avec cet esprit se nommant KK qui vous permettra d’avoir de nombreux pouvoir pour survivre !

Le Gameplay

Un FPS sans arme c’est possible ? Avec l’esprit KK (un ancien flic) dans le corps d’Akito, vous allez devenir surpuissant et ça commence 30 secondes après la cinématique d’introduction. Une chose est sûre c’est que Shinji Mikami ne perd pas une seule seconde ! Le jeu est vraiment bien rythmé ainsi vous ne vous ennuierez pas.

Vous aurez différents types de pouvoirs utilisant les éléments, air, eau, feu, électricité avec la possibilité d’achever vos ennemis avec un fouet lumineux. La DA des attaques nous fait immédiatement penser à un des personnages Marvel les plus puissants : Dr Strange. Assez déstabilisant au début avec la variété d’attaques, on s’y fait vite, passer d’un type d’attaque à l’autre se fait sans mal en appuyant sur L1, une roue d’attaque apparaîtra ralentissant le temps. Assez classique pour le genre mais cela reste facile d’utilisation et efficace. Rajoutez en plus un aspect RPG où vous pourrez améliorer chacune de vos attaques (la rapidité, la puissance) avec des objets à récolter pour être encore plus fort.

En plus d’avoir la possibilité d’augmenter vos capacités, il y a un petit aspect personnalisation du look de votre personnage. Vous pourrez trouver divers accessoires pour le roi de la mode, ceux-ci serviront uniquement lors des cinématiques. Plutôt TEAM Décontracte ou TEAM Costard ?

Et la DualSense dans tout ça ?

L’intérêt de la PS5 et sa DualSense sont bien de nous procurer de nouvelles sensations, n’est-ce pas ? Ici, c’est plutôt une belle réussite, avec les différentes actions, les gâchettes répondront d’une façon différente, quand vous grimperez, planerez ou combattrez. Et lorsque que KK (l’esprit qui se trouve dans votre corps), vous parlera en plus de l’entendre via votre télévision, ses phases de dialogue à lui, et uniquement les siennes sortiront par le haut-parleur de votre manette. Une volonté par le studio de vous immerger encore plus dans le jeu comme si KK se trouvait avec vous. On apprécie l’effort.

Histoire et Missions Secondaires

Qui dit Open-World dit points d’intérêts, vous aurez les missions qui vous feront avancer dans l’histoire, missions secondaires où vous allez devoir accomplir les quêtes des esprits errants. Ah, et si vous aimez les chats, vous serez servi, vous allez en croiser pleins et ce sont eux qui gèrent les commerces, ils vous équiperont en munitions, accessoires lors de vos combats et soins car dans Ghostwire Tokyo pas de régénération automatique, pour vous soigner, il faudra le faire soi-même en récupérant divers objets lors de vos quêtes ou dans les commerces.

Le gain d’EXP est très important dans ce jeu, c’est ce qui vous permettra d’être plus puissant que vos adversaires, pour ça c’est très simple et vous aurez plusieurs possibilités, les différentes missions, les phases de combats. Vous verrez aussi certains esprits au-dessus du sol, vous aurez alors un accessoire pour les happer dans un origami et puis les transférer dans une cabine téléphonique, un moyen facile de devenir plus fort. Gagner en niveau n’est pas le plus difficile et vous pourrez devenir plus puissant que jamais.

Classique mais efficace

Les FPS ont la côte en ce moment, après un Dying Light 2 très décevant, un Call of Duty Vanguard magnifique, ce Ghostwire Tokyo reste dans le fond un jeu ultra classique répondant au cahier des charges de l’open-world et du FPS. Des zones à découvrir, des points d’intérêts à accomplir, des ennemis à tuer et botter les fesses des BOSS.

Malgré un aspect classique dans sa forme, le jeu tire sa différence par sa narration, de cette dualité entre Akito et KK qui ont deux personnalités à l’opposé et devront s’entendre pour sauver Tokyo. Utiliser les pouvoirs tel le sorcier suprême est un kiff total, les phases d’action se ressemblant certes, mais seront jouissives et formidablement bien réalisées.

Pleins d’options Graphiques 

Aujourd’hui sur consoles, vous aurez accès à pas moins de 6 options graphiques pour votre plus grand plaisir et ce qui vous correspondra le plus :
Mode Qualité : Ray Tracing activé et les FPS bloqués à 30.
Mode Performance : FPS limités à 60fps
Mode Qualité à framerate élevé : limite des 30 FPS est brisée, ce qui offre un framerate allant de 30 à 50 FPS.
Mode Performance à framerate élevé : Permet d’aller au-delà des 60 FPS.
Mode Qualité à framerate élevé (VSync) : Similaire au mode Qualité à framerate élevé, mais avec l’utilisation de la VSync pour alléger le tearing de l’image.
Mode Performance à framerate élevé (VSync) : Similaire au mode Performance à framerate élevé, mais avec l’utilisation de la VSync pour alléger le tearing de l’image.

Pour être honnête je n’avais aucune attente sur ce jeu et les différents trailers m’avaient presque laissé indifférent. Quand j’ai su que c’était l’équipe derrière les Evil Within qui réalisait le jeu, tout de suite je me suis intéressé au projet.

LES +

L’immersion dans le Tokyo Dévasté

Les phases de combat

La narration et cette entente entre Akito et KK

Les différents pouvoirs

Le nombre de missions principales et secondaires

La VF

Le nombre d’options graphiques

LES –

Bestiaire peu varié

Un jeu répétitif

Il ne fait pas peur

Au final ce Ghostwire est une petite réussite, malgré une approche très classique dans sa forme et ses différentes quêtes, le titre parvient à nous tenir en haleine jusqu’à la fin grâce à sa narration, au background des différents personnages et ce duo composé de KK et de son hôte : Akito. Pour parvenir à finir le jeu à 100% il vous faudra pas mal de temps (quêtes secondaires, purifier tout Tokyo ou encore retrouver tous les esprits sera long, très long). Rajoutez en plus de cela des ennemis s’inspirant des contes japonais, un réel attrait pour l’au-delà, notre rapport avec les morts et nos souvenirs. Un titre étonnant qui fait sa différence avec les pouvoirs de KK et vous promettra de bons moments de combats. Ce serait dommage de passer à côté de ce titre !

Test réalisé par Aurélien

Posté le 21 mars 2022 | Laisser un commentaire
Posté dans PS5 | Tags : , ,

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.