Accueil Jeux-vidéo #DRIVECLUB – Test PS4 (Offline…)

#DRIVECLUB – Test PS4 (Offline…)

Posté dans Jeux-vidéo - PS4 Le 16 octobre 2014 par Anthony Cocain

DRIVECLUB™_20141004213753

jaquette-drive-club-playstation-4-ps4-cover-avant-p-1370964123Quelle serait la plus grosse tuile pour un jeu de course auto qui mise sur le multijoueur online? Des problèmes de serveurs? On est d’accord. Et c’est malheureusement ce qui arrive à #Driveclub actuellement, l’excul PS4 sortie la semaine dernière… Vraiment dommage et inquiétant pour un jeu pourtant repoussé d’un an quasiment…

Si au moment où je vous parle, certaines fonctionnalités online semblent fonctionner à nouveau, pour ma part, hormis quelques heures, avant la sortie du jeu, je n’ai toujours pas pu m’investir pleinement dans le multijoueur et notamment le principe de clubs, point clé du jeu…

Je vais donc vous livrer ici une première partie de test, consacré à la partie solo et déconnectée de #Driveclub…

A mi-chemin entre arcade et simulation, #Driveclub propose un jeu dans tous les cas réaliste et plutôt flatteur visuellement (même si on s’attendait à encore mieux…). Ce « cul entre deux chaises » niveau gameplay implique donc une limite de liberté (ne vous attendez pas à couper à travers champs comme dans Forza Horizon 2) et une limite de réalisme concernant la conduite et les collisions. On a donc un mix un peu déroutant qui aura forcément du mal à convaincre tous le monde. Les joueurs sont souvent soit arcade, soit simu… Ce mélange peut leur paraître frustrant.

Si on fait abstraction de cet axe pris par les développeurs, on a en main un jeu de course auto plutôt nerveux et agréable dès les premiers instants. Si, comme dans un Gran Turismo, on débute avec des voitures peu puissantes, on accède tout de même à une excellente sensation de vitesse d’emblée. Et puis, on joue les premières courses comme des promenades dans lesquelles on apprécie les environnements variés et riches surtout : public, végétations, batiments, etc.. quand on prend le temps de tourner la tête sur les côtés on constate que les bords de routes n’ont pas été oubliés et cela donne une bonne consistance à l’ensemble du jeu. Les circuits sont sinueux et vallonnés à souhait et on profite de paysages grandioses de jour comme de nuit dans 5 ambiances différentes : Canada, Inde, Norvège, Chili et Ecosse.

DRIVECLUB™_20141003210358

On évolue dans le mode solo à travers différentes grosses étapes de novice à pro (voir au-delà…). Chaque étape charnière englobe différentes épreuves classées par catégories de véhicules, par marques ou par style d’épreuves. On accèdera donc à des courses, des contre-la-montre ou des drifts. Chaque épreuve allouera un certains nombres d’étoiles qu’il faudra décrocher soit en arrivant dans les 3 premiers, soit en battant un record de tour, soit en accumulant suffisamment de points de drifts, etc.. Le nombre d’étoiles accumulées vous permettra de passer à la catégorie suivante, etc.. Subtilité de #Driveclub, chaque course comporte des défis intégrés. En effet, certaines zones du parcours représentées par des couleurs différentes, vous proposeront de gagner des points. Ce peut être de la vitesse maxi, de la vitesse moyenne sur une portion ou bien des prouesses de drifts sur tels ou tels virages.

Bien sûr, sur certaines épreuves on sera loin d’être seuls et les concurrents sont chevronnés. Mais malgré tout, après quelques courses, on sent les limites de l’IA qui est faite de redondance et de manque de surprises. Il sera donc rare de voir un concurrent faire une erreur tout seul et on aura curieusement certaines facilité à rattraper un peloton de tête parfois. Malgré tout, après avoir grimpé dans le niveau de jeu on sentira vite la difficulté s’accroitre malgré la mise à disposition de nouveaux véhicules plus puissants. Concernant ces véhicules il sont une cinquantaine (seulement…) et proposent des marques prestigieuses pour des engins de différentes catégories. On pourra en gagner après certaines épreuves ou même en acheter avec les points obtenus. Sachez que le jeu propose de customiser ses bolides avec différents choix de thèmes graphiques et de coloris mais le tout est un peu kitch je trouve… et limité aussi au final.

Je n’ai pas parlé des vues. Nombreuses, elles permettent de faire son choix entre vues extérieures et intérieures. Ces dernières sont plutôt convaincantes et très immersives.

#Driveclub propose une jolie expérience sport automobile sur console. Cette exclu PS4 propose de belles modélisations de bolides et des environnements riches avec surtout des ambiances jour/nuit satisfaisantes. On aurait pu espérer encore plus bluffant malgré tout. Niveau conduite, cet hybride arcade/simulation laisse dubitatif et il est clair qu’il ne ravira pas le plus grand nombre. En plus de cela, l’IA est limitée et les sensations de conduite aussi (légereté des véhicules et manque de sensations sur les différents revêtements). #Driveclub reste un jeu à découvrir notamment par son axe social online qu’il nous tarde de découvrir pleinement… Peut-être que cet aspect (et quelques patchs…) redoreront le blason du jeu… Espérons-le vivement en tous cas. Ce serait un tel gâchis…

(Captures écrans et video réalisées de ma PS4)

Posté le 16 octobre 2014 | 2 commentaires
Posté dans Jeux-vidéo - PS4 | Tags : ,

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Vos réactions

2 commentaires sur “#DRIVECLUB – Test PS4 (Offline…)
  1. tchatche - Le 16 Oct 2014 à 15 h 52 min

    Pas mal du tout, peut être un jeu qui pourra enfin rivaliser avec forza? 😉

  2. speedeo - Le 31 Oct 2014 à 18 h 54 min

    Je viens de l acheter et de le tester ‘ graphiquement c est tres joli mais niveau gameplay c est n importe quoi…..la physique des vehicules est au mieux ridicule…..bon mon fils est ravi ^^, moi j attends project cars .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.