Accueil Jeux-vidéo DEAD OR ALIVE 5 LAST ROUND – Test PS4

DEAD OR ALIVE 5 LAST ROUND – Test PS4

Posté dans Jeux-vidéo - PS4 Le 27 février 2015 par Anthony Cocain

11029782_10205570109550441_596826519_o

Capture d’écran 2015-02-27 à 08.32.41La team Ninja sonne la cloche du dernier round pour son Dead or Alive 5 troisième du nom (nous avions testé la première version sur Xbox 360 il y a 3 ans!). Last Round sort sur PS4 et XBOX ONE en version boite et en version dématérialisée sur old-gen. Qu’apporte ce nouveau Dead or Alive 5 Last Round ? Max L. s’est lancé dans l’arène pour InsertCoin : Let’s fight !

Tout d’abord ce test est fait avec des yeux nouveaux, sans connaitre au préalable les autres versions. Juste de nom (sous l’aspect de ses formes…). Car oui, cette version est une revisite du DOA 5 Ultimate qui était lui aussi une revisite de DOA 5. Chaque version apportait sont lot de nouveauté comme des personnages en plus, des arènes et surtout des tenues pour ces charmantes demoiselles aux formes pulpeuses avec un léger penchant vers l’érotisme quand on voit leurs tenues. Last Round est une version encore plus enrichie qui apporte son tout petit lot de nouveautés. Comment ? Vous avez la version Ultimate et vous avez acheté toutes les garde-robes de toutes ces demoiselles ? Pas de panique, Last Round fera le transfert des achats de votre compte PSN ou XboxLive.

On ne se le cache pas, on n’achète pas DOA pour son scénario qui n’a pas trop de sens à part de se faire bastonner les personnages entre eux sans se dire bonjour (quelques fois si, mais après le combat, normal). Dead or Alive est un jeu de combat pur et dur que l’on pourrait retrouver sur une borne d’arcade au Japon. Le but est toujours d’asséner des coups à son adversaire, facile me direz-vous ? Pas tout à fait. Dead or Alive relève d’une technique de combinaison de touches pour réaliser des combos et ainsi faire danser votre petite poupée. Si certains combos sont facilement réalisables, d’autres pourraient demander un peu plus d’entrainement. L’avantage avec DOA, est qu’il est facile pour un novice d’apprendre à jouer et c’est là tout l’intérêt de DOA. Pour les plus hargneux d’entre vous, un mode d’entrainement avec un didacticiel et un Defi Combo (réalisable pour chaque personnage) sont disponibles afin de vous transformer en une machine de guerre du combo. Un mode versus en Solo ou en Duo (le mode Duo permet de choisir deux personnages que vous échangerez à votre guise au cours du combat), un mode Arcade, Contre la montre, Survie et un mode online. Rien de nouveau, mais cela fait toujours l’unanimité.

11024945_10205570109510440_2081884885_o

11029747_10205570109750446_1168821061_o

Malgré ça, Last Round apporte deux nouveaux personnages. La petite lycéenne martiale super secrète dénommée Honoka, qui apporte son lot de combo et de tenues plus ou moins sexy. Et Raidou, l’incarnation du mal, le célèbre Boss du premier DOA. Chaque personnage possède son style de combat bien différent les uns des autres. À vous de trouver le vôtre parmi ces 32 personnages féminins ou masculins. Deux arènes en plus aussi font leurs apparitions. Certains décors auraient mérité une nette amélioration en terme d’animation ou bien de dynamisme, mais on peut observer qu’une légère amélioration du grain de peau des modèles les rendent plus réalistes et moins poupée en porcelaine. Ces modifications graphiques sont minimes, on aurait aimé que les chargements soient moins longs, on sait qu’il est possible aujourd’hui sur next-gen de raccourcir ces temps de chargements, non négligeable pour un jeu où on aime enchainer les rounds rapidement. Dommage. Des bugs viennent ponctuer cette version, on peut se retrouver bloqué devant le tableau d’affichage des scores du mode arcade sans pouvoir le quitter avec le bouton X. Le seul moyen est de redémarrer le jeu. Des DLC de tenues téléchargées gratuitement qui n’apparaissent tout simplement pas dans la sélection des personnages. Et le plus gros des bugs est annoncé par le twitter de Team Ninja qui annonce que certains chapitres de didacticiel font supprimer la sauvegarde du jeu dans certaines langues (dont la notre…). Une mise à jour devrait régler ces petits problèmes.

Dead or Alive 5 Last Round est aussi disponible en version Core Fighter, une version gratuite avec seulement le mode versus et 4 personnages. La possibilité que donne cette version est de faire son jeu à la carte en achetant des DLC de personnage, de tenues, de mode histoire par ci et par là, en faisant vite le compte cela revient encore plus cher que d’acheter la version complète de base. Dans la version complète, on peut être de suite agressé par un message annonçant la possibilité de télécharger de nouvelles tenues d’Honoka ou bien de Ninja. On peut s’étonner d’un super DLC de toutes les tenues à 90€, un peu abusé pour juste un peu d’esthétisme. Où est le bon vieux temps où il fallait faire des défis pour débloquer ces tenues ? Vivent les DLC payant ou pas…

En bref, Dead or Alive 5 Last Round reste un excellent jeu de combat, un des meilleurs du genre pour celui qui aime les mannequins aux formes plus que généreuses et aux jambes sans fin. Oui, les « fighteuses » sont exagérées, mais cela ne nous déplait pas, même en mode langue Japonaise où on les entendra miauler en recevant des coups. Une version a découvrir pour les novices ou à redécouvrir pour les plus grands fans de DOA même si peu de nouveautés sont apportées et loin d’être parfaites. À avoir près de sa console pour des soirées entre potes pour son accessibilité et son ton décalé. Ready ! Fight !

Posté le 27 février 2015 | Laisser un commentaire
Posté dans Jeux-vidéo - PS4 | Tags : , ,

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.