Accueil Jeux-vidéo Cloud Gaming et Cloud Computing, comment ça fonctionne ?

Cloud Gaming et Cloud Computing, comment ça fonctionne ?

Posté dans Jeux-vidéo Le 15 juillet 2019 par Anthony Cocain

Si vous suivez l’actualité du jeu vidéo ou que vous avez regardé l’E3 2019, vous êtes forcément familier avec le terme Cloud Gaming, tant ce dernier est dans toutes les bouches depuis quelques temps. Cette technologie prometteuse propose à n’importe quelle personne équipée d’un appareil connecté (smartphone, smart TV, tablette, etc.) de pouvoir jouer directement en streaming à n’importe quel jeu du moment, en haute résolution et avec une fluidité maximum. Mais comment est-il possible que votre vieille tablette puisse faire tourner un jeu que votre ordinateur peine à lancer ? Quelle est la différence entre Cloud Gaming et Cloud Computing ? Quelles sont les offres déjà existantes ? C’est ce que nous allons voir ensemble !

Tout d’abord, petit rappel sur ce qu’est le Cloud. On imagine bien souvent qu’il s’agît de quelque chose d’immatériel, du fait de l’appellation trompeuse de « nuage ». En vérité, la technologie du Cloud repose sur le fait d’accéder à du contenu décentralisé, c’est-à-dire hébergé sur un serveur distant, depuis votre appareil. Quand vous utilisez un service de stockage en ligne, comme Google Drive par exemple, vous utilisez le Cloud. Dans une certaine mesure, on pourrait même dire que le Cloud et Internet sont en fait indissociable, puisque l’ensemble des ressources auxquelles vous accédez sont hébergés dans des serveurs distants. Au-delà du stockage, le Cloud permet également à votre ordinateur d’utiliser une partie de la puissance de calcul des Data Centers dans lequel le serveur auquel vous accédez est hébergé afin de faire des opérations complexes. Dans le cas du Cloud Gaming et du Cloud Computing, votre appareil ne s’occupe absolument pas de faire tourner le jeu auquel vous jouez, mais tout simplement de renvoyer vos actions au serveur, qui se charge des calculs nécessaires et vous renvoie un flux vidéo via streaming. Si vous avez déjà utilisé un partage d’écran sur Skype ou la fonctionnalité Bureau à Distance de Chrome, c’est à peu près similaire. 

Le Cloud Gaming est donc un service proposé par de nombreuses entreprises, que ce soit Microsoft avec l’arrivée prochaine de sa plateforme xCloud, Sony et le Playstation Now, ou encore Google et Stadia. Même Nintendo se lance petit à petit dans l’arène, avec d’ores et déjà la possibilité de jouer à Assassin’s Creed Odyssey en Cloud Gaming pour les joueurs japonais (ou même depuis la France, à condition d’avoir une très bonne connexion et d’utiliser un serveur VPN optimisé pour le Cloud, comme ceux d’ExpressVPN). Là où le Cloud Gaming propose une interface pensée pour le jeu vidéo uniquement, le Cloud Computing vous donne accès à un véritable ordinateur hébergé dans le Cloud, à l’instar de Shadow qui moyennant un abonnement mensuel vous permet d’utiliser une machine virtuelle tournant sous Windows 10 et disposant d’une configuration suffisamment puissante pour faire tourner n’importe quel jeu du moment en qualité maximum. L’avantage du Cloud Computing est donc de permettre d’utiliser le service pour des activités n’ayant pas forcément trait au jeu vidéo, mais nécessitant une puissance de calcul importante, comme la modélisation 3D ou encore la retouche vidéo.

Forcément, qui dit streaming vidéo implique une connexion internet stable, mais dans le cas du Cloud Gaming diffusant du contenu en 4k, 60 images par seconde et devant en plus prendre en compte vos actions, il vous faudra avoir accès à un débit suffisant pour avoir une expérience de jeu satisfaisante. Et c’est là la principale barrière que risque de rencontrer cette nouvelle technologie, puisque nécessitant un débit minimum de 10 Mbit/s pour pouvoir être utilisée correctement. Cela implique donc d’avoir accès à une connexion par fibre optique, ce qui n’est pas encore démocratisé partout, et qui risque pour l’instant de limiter ce service aux métropoles. De la même manière, pour avoir un temps de latence agréable, il faudra avoir un Data Center relativement proche de chez soi. Pour des géants comme Google ou Microsoft, le souci ne se posera pas outre-mesure, ces derniers possédants des serveurs presque partout dans le monde, mais cela risque de freiner grandement les entreprises plus modestes, comme Shadow, ou d’hypothétiques concurrents qui voudraient se lancer dans la course.

Posté le 15 juillet 2019 | Laisser un commentaire
Posté dans Jeux-vidéo | Tags : ,

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.