Accueil Jeux-vidéo Autres BRUTAL LEGEND : le test Xbox 360 !!!

BRUTAL LEGEND : le test Xbox 360 !!!

Posté dans Autres Le 11 juin 2009 par Anthony Cocain
brutal-legend-game-bits.jpg

360-brutal-legend-box-art_01.jpgVous aimez le Heavy Metal, les ambiances Heroic Fantasy et l’humour gras? Brütal Legend est fait pour vous. Réalisé par un ancien de Lucasarts, Tim Schafer ayant travaillé notamment sur Monkey Island ou Day of The Tentacle, l’humour est assuré ici. Maintenant président des studios Double Fine, ce “maitre” du jeu video nous propose un jeu d’action déjanté avec un héros charismatique doublé par l’acteur Jack Black. On se retrouve donc au contrôle d’un métalleux ayant pour but de mettre de l’ordre dans un chaos dirigé par les démons…

Il s’appelle Eddie Riggs et est victime d’une attaque démoniaque lors d’un concert de Metal. Il se réveille alors dans un monde dévasté armé d’une hâche pour détruire du démon! Peu de temps après il trouvera une guitare qui lui servira d’arme également. Le ton est donné, riff de guitare et coups de hâche vont bon train sur fond de musique Heavy Metal. Notre chevelu héros rencontre bien vite une charmante rockeuse qui l’emmènera jusqu’à la communauté de Bladehenge dirigée par un hardos à la chevelure blonde. A ses côtés on amorçe alors une guerre contre les démons dans laquelle il faudra libérer des humains afin de se monter une solide armée de guerriers…

Brütal Legend repose donc sur un univers mêlant habilement démons et musique metal. Les deux vont forcément bien ensemble et c’est un plaisir d’évoluer dans ce petit monde survolté. Personnellement, je suis fan de ce genre de musique et je trouve l’ambiance bien sentie. Le fond sonore avec Manowar, Judas Priest ou Whitesnake y est certainement pour beaucoup. Nous sommes précisément dans un jeu d’action-aventure à la troisième personne dans un univers open-world mêlant beat’em all et certaines phases de conduite. Ici, pas de plate-forme, d’ailleurs notre héros ne peut pas sauter. Le jeu est donc bien bourrin mais tout cela est habilement cousu avec une histoire prenante et amusante, les cuts-scenes nous montrent des protagonistes originaux et charismatiques. Tout cela est en plus affublé de dialogues savoureux comme seuls Tim Schafer. D’ailleurs pour la petite anecdote, vous pourrez activer ou non les “gros mots” au début du jeu, mais les “biiip” c’est agaçant…

Certaines quêtes annexes proposent un gameplay changeant comme les embuscades, l’Ascenseur de la Mort, les Pluies de Feu du canonnier ou les concours de chasse… Mais tout tourne souvent au découpage de zombies à la hâche et à l’életrification à la guitare. D’ailleurs, pour peaufiner son attirail, Eddie a accès au garage du Gardien du Métal, gardien incarné par Ozzy Osbourne en personne! On peut lui acheter des pouvoirs spéciaux pour la hache, des cordes plus puissantes pour la guitare, quelques combos supplémentaires et diverses améliorations pour la voiture (la Deuce).

BrutalLegend_Multi_Ed038.jpg
100_0019.JPG
100_0025.JPG
100_0036.JPG
100_0030.JPG

Une fois qu’on a atteint la communauté des Dieux du Metal on se retrouve dans un open-world dans lequel on se promène à loisir, croisant des bestioles improbables et où on accède à différentes missions. Elles sont d’ailleurs variées et plus ou moins longues. Libres à vous d’en passer une pour passer à la suivante, etc.. Missions secondaires et principales offrent de quoi s’amuser dans ce monde démoniaque. Ce monde très ouvert est d’ailleurs parsemé de reliques païennes dont il faudra percer les mystères. Dans ces situations, la musique jouera un rôle essentiel. A l’aide de la gâchette droite, on peut en effet ouvrir un menu circulaire et choisir de jouer un des solos que l’on apprend grâce des partitions gravées sur des stèles. A la manière d’un Guitar Hero écourté, il faut actionner trois boutons affichés sur la partition avec le bon tempo. Les partitions les plus utiles pendant les phases d’exploration sont l’invocation de la Deuce pour les longs déplacements et la révélation des reliques enfouies signalées par une concentration de fleurs rouges… On peut ensuite déclencher divers évènements importants.

Certains stages battles varient le système de combat avec une mécanique de STR. Ainsi, Eddie peut faire appel aux compétences de tous les groupes ralliés à sa quête pour défendre sa scène de concert et en règle générale détruire celle de ses adversaires. Par le biais d’un menu semblable à celui des solos de guitare on peut appeler des unités spécialisées dans le combat rapproché, l’explosion de véhicules, le tir à distance, le camouflage ou encore la destruction totale. Sans limite de temps, ces batailles sont dirigées directement par Eddie à l’aide de trois ordres basiques « suivez-moi », « défendez cette position », « attaquez par là » plus un quatrième permettant de cibler précisément un point pour l’attaquer ou le protéger. On n’est pas dans un Operation Flashpoint mais le principe est ici bien amené et apporte une autre dimension à l’action bourrine. Mais attention, au fil de l’aventure, ce système se corse avec des troupes plus nombreuses notamment et il faut dire que tout cela devient vite brouillon et on a parfois du mal à se situer. D’ailleurs ce principe de jeu est dispo dans un mode onlin multi-joueurs pour jouer contre des joueurs humains mais n’apporte pas grand chose à sa version solo je trouve.

Je l’ai déjà évoqué, Brütal Legend dispose de dialogues riches et drôles à souhait grâce à Tim Schafer. Le doublage de Jack Black est excellent (même avec son doubleur français!) et les autres personnages valent le détour également. Si les injures pleuvent, les dialogues restent relativement subtiles et ne sont pas lourds à la longue, c’est toujours un plaisir d’écouter ces répliques croustillantes.

Je reviens à la bande-son qui apporte beaucoup au jeu : certes il faut être un poil connaisseur face à des groupes qui ont trôné sur le genre des années 70 à 90 principalement, mais moi, ça me remémore de bons souvenirs musicaux. Megadeth, Ozzy Osbourne, Motorhead, Def Leppard, Anthrax, In Flames, Kiss, Motley Crue, Ministry, Slayer et j’en passe sont autant de ces groupes qu’on peut entendre tout au long du jeu. Un pur bonheur.

Concernant la réalisation graphique du soft, c’est un peu moins l’extase qu’au niveau sonore puisque Brütal Legend montre un peu de clipping, un framerate inconstant, et des modélisations et des textures inégales. Quoiqu’il en soit, le tout reste honnête et l’ambiance visuelle générale est bonne.

Il y aurait beaucoup à dire encore sur l’univers déjanté de Brütal Legend. Il faut le jouer pour le croire mais ce jeu innove par son action bourrinomusicale et surtout démontre que les dialogues restent un atout certain à un jeu video de ce type. Cela nous rappelle des jeux comme Day of The Tentacle ou Full Throttle qui proposaient déjà à l’époque des dialogues savoureux ancrés dans l’histoire. Brütal Legend est donc bien un jeu bourrin sur fond de musique Hard mais proposent une histoire bien amenée avec des personnages hauts en couleur et un gameplay varié et inventif. Un jeu inévitable à n’en pas douter.

Voici une video « maison » de Brutal Legend, il y en a d’autres sur Insertcoin Channel!!!

Posté le 11 juin 2009 | Laisser un commentaire

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.