Accueil Jeux-vidéo ASSASSIN’S CREED ORIGINS – Test Xbox One X

ASSASSIN’S CREED ORIGINS – Test Xbox One X

Posté dans Jeux-vidéo - PS4 PRO - Xbox One X Le 20 décembre 2017 par Anthony Cocain

Depuis 10 ans, la saga Assassin’s Creed ravit les joueurs. On y traverse l’Histoire dans des environnements ouverts et somptueux. Cette année, Assassin’s Creed Origins nous emmène en Egypte Ancienne. On était jamais allé aussi loin dans le temps (48 avant JC) et le jeu en profite pour modifier (dans le bon sens) quelques aspects du gameplay…

La saga Assassin’s Creed nous a habitué à croiser des personnages célèbres de Léonard de Vinci à Napoléon Bonaparte. Et bien désormais, Bayek, le personnage principal de cet opus, aura l’occasion de croiser Cléopatre et Jules César.

Avec une approche scénaristique assez nouvelle par rapport aux autres épisodes, on incarne ici un personnage tourmenté qui va devoir, avec son épouse, faire face aux protecteurs du pharaon… Tout en gardant un axe historique réaliste, l’intrigue est bien menée autour de ces personnages et même les quêtes secondaires ont droit à leur écriture propre. Au final, on ne sent pas de redondance quoiqu’on fasse et c’est très plaisant.

Je vous le disais, cet épisode se démarque des autres dans son gameplay, notamment par un côté RPG qui propose de crafter, fabriquer des objets, acheter, vendre et sans cesse faire évoluer son personnage, ses montures, son arsenal, ses capacités, ses vêtements, etc.. On y passe pas mal de temps. Il est donc importante de fouiller les nombreux coffres et autres récipients, chasser divers animaux et piller bien sûr les méchants soldats…

Cet aspect permet de profiter, selon les gouts de chacun, d’armes variées : lames, arcs, masses, épées, sabres, lances, etc… Ce qui nous amène aux combats qui, eux aussi, voient quelques nouveautés. Le système est moins mécanique et il ne suffira pas d’effectuer des contres dans un timing précis. Ici, les combats sont plus brutaux, les coups reçus plus punitifs et il faut penser à se protéger, esquiver et attaquer l’ennemi au bon moment. On profite aussi d’une jauge qui une fois remplie permet d’asséner un coup puissant. Le tout est plus primitif et gagne en réalisme. C’est aussi plus violent et plus gore que ce qu’on pouvait voir auparavant.

Dans l’ensemble on constatera donc que l’infiltration est un peu moins présente que d’habitude. L’IA y est peut-être pour beaucoup, les soldats étant très à l’affût. Il est facile de se faire repérer de loin. La confrontation est donc souvent de mise. Notez d’ailleurs qu’il sera désormais plus compliqué de tuer d’un seul coup de lame un ennemi trop costaud.

Que ce soit dans des missions principales ou secondaires, on profite d’un gameplay varié avec du combats (parfois en arènes), de la poursuite (chars, chevaux…), de l’infiltration, des énigmes, de l’exploration, des attaques de camps ennemis, etc.. La map est immense et on peut s’y promener sur terre comme sur mer avec différentes embarcations bien fichues. On peut aussi nager bien sûr mais gare aux crocodiles et autres hippopotames! On apprécie notamment l’aide de notre aigle de compagnie qu’on peut envoyer repérer un camp ennemi ou trouver une cible.

Mais l’intérêt de ce jeu c’est d’abord son environnement historique et géographique. C’est un régal de fouler la terre des pharaons à travers le désert, dans les palmeraies, dans les temples et autres pyramides… Si cet opus lorgne moins sur le parkour avec forcément des villes moins denses et moins verticales, on a tout de même de quoi s’amuser. Et visuellement c’est magnifique. Nous avons joué au jeu sur PS4 Pro et sur Xbox One X avec TV 4K HDR et c’est sur la console Microsoft que le résultat est le plus bluffant. Du grand art. Et ce n’est pas uniquement une histoire de résolution ou de puissance de la console, c’est aussi une direction artistique excellente des studios Ubisoft. On s’en rend compte rien qu’en regardant de près les colonnes peintes de hiéroglyphes. C’est étonnant de justesse et de réalisme.

Et pour immortaliser tout cela, on abusera souvent du mode photo intégré qui permet de produire des visuels magnifiques à chaque instant.

Avec un gameplay remanié (axe RPG, combats,…) et un système de narration enrichi, Assassin’s Creed Origins pourra déstabiliser certains adeptes mais il le sera difficile de ne pas succomber à ses nombreux charmes. Cet opus est riche sur bien des points avec une durée de vie énorme. Si on pouvait craindre le futur de la saga avec les derniers opus quelque-peu redondants et dôtés de bugs, ici on sent que finalement, elle a encore de beaux jours devant elle. Mais on se demande bien où (et quand) vont nous emmener les studios Ubisoft la prochaine fois…

Posté le 20 décembre 2017 | Laisser un commentaire

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.