Accueil Jeux-vidéo DISNEY INFINITY – Test PlayStation 3

DISNEY INFINITY – Test PlayStation 3

Posté dans Jeux-vidéo - PS3 Le 9 septembre 2013 par Anthony Cocain

disney-infinity-1

Difficile de parler de Disney Infinity sans évoquer son concurrent direct : Skylanders. En effet, ce dernier est le premier à avoir proposé un jeu video interagissant avec de vraies figurines. Et Disney propose donc désormais un principe similaire mais avec les personnages connus du monde de Disney et c’est un sérieux atout… Disney Infinity sort le 19 septembre avec un pack de démarrage comprenant les figurines de Mr Indestructilble, Jack Sparrow et Sully de Monstres Academy. Pour rappel, mon unboxing est ici

Le pack comprend donc 3 figurines pour démarrer avec leur lecteur ainsi qu’un power disc attribuant certaines capacités aux personnages et le trophée permettant d’accéder aux modes aventures… Disney Infinity nous embarque en effet dans le monde magique de Disney et la jolie intro est là pour nous le faire comprendre, mais les différentes aventures de chacun des personnages ne sont jouables qu’avec les figurines concernées. Donc avec le pack de démarrage on accède à 3 aventures : Pirates des Caraïbes, Les Indestructibles et Monstres Academy. Avec l’arrivée des nouveaux personnages on pourra donc accéder à d’autres aventures non disponibles pour le moment. Mais en attendant, avec n’importe quel personnage on peu évoluer dans le mode Toy Box, un univers surplombé par le château mythique de  Cendrillon et dans lequel on peut créer toutes sortes de choses, personnages, batiments, routes, forêts, etc… en fonction de ce qu’on aura débloqué dans les modes aventures…

disney-infinity-11

Concernant les aventures, elles sont le point forts du jeu puisqu’elles nous  immergent vraiment dans les univers des personnages concernés. Mr Indestructible est jouable dans une ville en proie aux robots de Syndrome, Jack Sparrow nous emmène dans les Caraïbes pour en découdre au sabre ou au pistolet et Sully prend vie dans son université aux côtés des autres monstres… Chaque aventure s’articule dans un monde ouvert à la manière d’un (petit) GTA enfantin. Malgré l’absence d’une carte (qui aurait été bienvenue) on évolue donc dans ce petit monde, plutôt vivant avec de nombreuses interactions : Mr Indestructible jette des voitures, Jack Sparrow fait de la barque et Sully terrifie tout le monde… En général, quelque-soit le monde, notre personnage dispose d’un coup basique et d’un pouvoir supplémentaire. Ce dernier peut évoluer avec par exemple pour Sully la possibilité d’utiliser un fusil à papier toilette… Au fil de l’aventure, via le magasin de jouets on peut en effet acheter de nouveaux accessoires ou bien des éléments pour décorer les environs. Dans Monstres Academy on pourra par exemple construire des farces ou des pièges.

Dans chaque aventure on a de nombreuses petites missions à accomplir. Certaines sont secondaires mais on en a souvent plusieurs à disposition au même moment. Il suffit d’aller parler à un personnage jonché d’une lumière bleu pour accepter une mission. On peut alors choisir de l’aide en disposant d’une flèche au sol ou bien se débrouiller à chercher le but à atteindre. Quelque-soit le monde joué, le principe des missions reste assez basique et vite répétitif notamment dans Monstres Academy… Dans Les Indestructibles on s’amusera un peu plus avec la possibilité de conduire des voitures et de prendre part à des combats un peu pêchus. L’aventure de Pirates des Caraïbes est sans doute plus recherchée avec un univers plus agréable visuellement et la possibilité de prendre le contrôlé du Black Pearl pour des joutes navales faisant penser à Assassin’s Creed (toutes proportions gardées…).

Dès les premières minutes de jeu on est comme émerveillé, ravi de pouvoir contrôler des personnages si charismatiques et attachants d’autant plus qu’on profite de doublages français de qualité et que leur représentation graphique est plutôt bonne et fidèle aux films ou dessins animés. Mais très vite on constate des justesse technique qui ternisse l’expérience : ralentissements, bugs, camera capricieuse et contrôle des personnages approximatif. Visuellement, c’est sympathique mais un peu limité tout de même pour un jeu 2013…

disney-infinity-10

Alors on se dit que le mode Toy Box peut justifier l’achat du jeu avec un apport de liberté et pour le coup une excellente durée de vie. Oui… et non. Là aussi, si le principe est attrayant on constate que créer des choses dans la Toy Box est vite fastidieux et les plus jeunes pourront vite abandonner l’idée. Aussi, alors que les différents trailers nous promettaient de vrais jeux dans le jeu avec ce mode de création, on constate qu’on ne peut finalement pas créer de vrais gameplay mais juste ajouter des personnages, des véhicules, des routes certes mais tout cela reste posé sur la map dans une sorte de bazar mal organisé. On peut alors y évoluer librement en combattant les ennemis qui y débarquent comme par enchantement (l’occasion de voir des ennemis d’autres dessins animés que les 3 cités plus haut) ou bien en prenant le contrôle d’une voiture, etc. Mais on sent que l’expérience peut vite être ennuyeuse. Il faut tout de même admettre que le jeu proposera de nouveaux personnages, de nouvelles aventures (Cars,  Lone Ranger, Raiponce, Les Mondes de Ralph, etc..) et on pourra alors débloquer encore plus d’objets. Soyons donc patients avant d’émettre un avis définitif sur ce mode. Espérons déjà un patch pour corriger certains bugs…

Autre point important. Le mode 2 joueurs. En effet, à tout moment, un second joueur peut participer au mode Aventure ou au mode Toy Box. Mais concernant le mode Aventure il faut 2 personnages du même univers. Il n’est donc pas possible d’y prendre part avec le pack de démarrage. J’ai pu en profiter grâce à un second pack de 3 figurines (Syndrome, Leon et Davy Jones) et l’expérience est amusante mais ne comptez pas sur un quelconque mode coop. Par contre, on peut très bien s’amuser à se foutre des baffes ou à ce jeter en l’air les uns les autres… Pendant les missions, les 2 joueurs ont le même but et c’est en fait le premier à l’atteindre qui conclura le défi. En parlant de défis, sachez que dans les modes aventures certains défis dédiés à des personnages précis seront disponibles ainsi que des défis pour tous comme des courses à vélo, ce genre de choses…

Disney Infinity séduit d’emblée avec des figurines de qualité, un univers Disney forcément attrayant et des mondes jouables variés mais à ce stade on reste sur notre faim… la faute à une réalisation pas au point et à un mode Toy Box pas aussi fun qu’on l’attendait. Attendons néanmoins l’arrivée de nouveaux packs de figurines et donc d’aventures pour se faire une idée plus précise. Car malgré tout on ne peut s’empêcher d’avoir envie de jouer avec Ralph, Flash McQueen ou encore Mickey…

Posté le 9 septembre 2013 | 2 commentaires
Posté dans Jeux-vidéo - PS3

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Vos réactions

2 commentaires sur “DISNEY INFINITY – Test PlayStation 3
  1. Tikilid - Le 19 Sep 2013 à 16 h 16 min

    Coucou,

    Merci pour ce test, moi qui est craquée sur Skylander’s j’avoue me retenir pour le coup sur ce Disney. La faute aussi aux premières figurines sorties … j’aurais préféré voir débarquer les « anciens » Disney en premier.
    Néanmoins, il parait que l’on peut voir les prochaines figurines simplement en regardant les objets associés que l’on peut débloquer.
    Est-il possible de trouver cette fameuse liste, apparemment très peu d’ancien Disney sont au programme …
    Sûrement pour la prochaine extension !

    Un grand merci pour le test 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.