Accueil Jeux-vidéo Autres G25 Racing Wheel

G25 Racing Wheel

Posté dans Autres Le 7 février 2007 par Anthony Cocain

 

4504a51f5f4ebf4764724f6896e4d4ad.jpg

Après le test de la G5 Laser Mouse 2007, souris pour gamers, voici le test d’un autre produit Logitech sorti il y a quelques mois : le volant G25 Racing Wheel, le plus élaboré de la marque. Avec son alliage d’aluminium brossé et de cuir, son pédalier en métal et son retour de force, il tient toutes ses promesses. Le G25 est LE volant que tout amateur de simulation automobile se doit de posséder. Dédier  principalement aux PC il est compatible avec la PS3 mais malheureusement mal reconnu par les jeux de la console pour le moment.

ca5f650223c95c52fded3fe06c1ad7ea.jpg

Pour trouver un vrai volant avec un levier de vitesse séparé et un pédalier digne de ce nom, il fallait se tourner vers des petits constructeurs spécialisés dans ce genre de matériel, à la qualité incroyable mais aux prix démesurés (souvent plus de 400 €). Logitech a donc décidé de sortir un volant haut de gamme, sans équivalent sur le marché, alliant une fiabilité à toute épreuve avec des caractéristiques approchant la perfection.

d792ee94bb6a582254d407ba0e400920.jpg

Le volant, tout d’abord. Sa finition en cuir impeccable change considérablement du caoutchouc habituel. Les rayons en métal sont du plus bel effet, faisant passer les autres volants plastiques pour de simples jouets. Les palettes (pour changement de vitesses comme en F1), en métal également et très confortables, tombent immédiatement sous la main. Une impression de qualité et de confort se dégage immédiatement lors de la première prise en main. Une rotation à 900° (paramétrable de 40 à 900°), et un plastique d’excellente qualité : pas de doute, on est entre de bonnes mains. Le levier de vitesse séparé du volant est de toute aussi bonne facture. Il propose six vitesse et une marche arrière (que l’on passe uniquement en appuyant sur le levier).

9611c9af7f5046c95dbd01b48fe933a1.jpg

Les vitesses sont en fait des boutons que le levier actionne quand on le monte ou descend. Petit défaut que les puristes pourront lui reprocher : il n’existe pas de point mort. Ainsi, quand on passe le levier dans la zone neutre, le G 25 considère que le bouton est toujours actif. Il est possible de passer le levier de vitesse en mode séquentiel, en appuyant sur le levier et en tournant la roue juste au dessus. Notons enfin la croix directionnelle et les huit boutons pour se déplacer dans les menus des jeux sans utiliser le clavier. Tout comme le volant, le plastique est d’excellent qualité, tandis que le levier est lui en acier inoxydable.

513d990fc713c3f22065c8a7708914ba.jpg

Le pédalier, enfin, est sûrement le meilleur pédalier jamais créé pour un volant. Non seulement la base est très large (et lourde) pour assurer une meilleure stabilité, mais ce sont surtout les pédales qui impressionnent. Les trois pédales (en acier) sont bien présentes, et toutes possèdent une force différente. La pédale de frein est celle qui présente la force la plus grande, de façon à mieux doser sont freinage. Mettre le pied dessus donne immédiatement une impression de réel. Pour une fois, c’est une vraie pédale de frein, ni molle, ni en plastique, que l’on a sous le pied. Une sensation presque inédite sur un jeu.

ccd03da9cae7e41dad03792217e0cf66.jpg

L’installation du G25 est facile et solide. Le volant et le levier de vitesses possèdent tous les deux un système de fixation trois points assurant une parfaite stabilité. Il est également possible de les fixer définitivement à un bureau, Logitech ayant pensé à percer des pas de vis dans le volant, le levier de vitesses et le pédalier. Le pédalier possède lui aussi un excellent système de fixation, grâce à un grip composé de petits pics de plastiques. Il est facilement rétractable, et une fois posé sur de la moquette, il ne bouge plus, même avec de violents coups de pied.

7d2a83631c93b285867d2286e56f921f.jpg

La connexion des différents éléments entre eux s’effectue par des connecteurs DB9 que l’on branche sous le volant. Petit défaut : les fils reliant le pédalier au volant sont un peu courts. Au final, cela nous fait quatre fils qui sortent de la base du volant : deux pour les connections du pédalier/boitier de vitesse, un pour le branchement USB, et enfin un pour l’alimentation. L’installation logicielle est elle aussi très intuitive et sans soucis.

17137a5ddfc30c639caa437a151ff023.jpg

Testé sur NFS Carbon et Gran Turismo, la conclusion est rapide : le G25 est fait pour la simulation mais pas pour l’arcade. NFS Carbon est quasi-injouable avec le G25 car bien trop orienté arcade. En revanche sur Gran Turismo, il prend toute son ampleur. Avec ses deux moteurs, le retour de force est simplement merveilleux. Il permet de ressentir les aspérités de la piste, le décrochage de la voiture dans les courbes à haute vitesse, les chicanes, etc. Ce que l’on apprécie peut-être le plus avec ce retour de force, c’est qu’il est fin et puissant, dans le sens où il retranscrit parfaitement le comportement de la voiture, mais qu’il dégage suffisamment de puissance dans les moments les plus chauds. Enfin, le grip en cuir est une merveille de confort. Après plusieurs heures de jeu, pas une goutte de sueur ne dégoulinera de vos mains. Le G 25 est donc un plaisir de chaque coup de volant, y compris sur la durée. Jouer avec le levier de vitesses est assez déroutant au début. On confond les vitesses entre elles, et la chose demande clairement un temps d’adaptation avant d’être parfaitement maîtrisé. Le pédalier, enfin confirme les premières impressions. La pédale de frein est un délice d’utilisation. Sa dureté assure une précision incroyable dans les freinages, et pousse le joueur habitué à jouer continuellement « pied au plancher » à oeuvrer plus finement. Enfin, toujours cette impression de naturel qui se dégage, l’impression d’avoir affaire à quelque chose de réaliste.

cf439ec190e217bb6075734a728b6f98.jpg

Pour résumer, le G25 est le volant parfait tout amateur de simulation. Une finition parfaite, un retour de force très agréable, un pédalier solide, il ne lui manque rien. Reste le prix, d’environ 300 €. Mais ce n’est finalement pas si cher que ça au vu de la qualité du produit. Une réussit même si les joueurs PS3 seront déçu par les problèmes de compatibilité avec des jeux comme Motorstorm (mauvaise reconnaissance du pédalier) et Formula One (pas de gestion de retour de force). Esperons que les développeurs PS3 se penchent sur la question pour les jeux à venir. Mais sur PC : aucun soucis : c’est le volant ultime!

Posté le 7 février 2007 | Laisser un commentaire
Posté dans Autres

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.