Accueil Cinéma CARS 3 – Critique Ciné

CARS 3 – Critique Ciné

Posté dans Cinéma - Critiques Cinéma Le 4 juillet 2017 par Anthony Cocain

Cars 3 sortira le 2 août sur nos écrans. Dernièrement nous vous faisions part d’une conférence de presse avec les voix françaises. Mais aujourd’hui nous vous proposons notre critique du film. En effet, pour le blog, Pedro et son fils Félix (archi-fan de Cars), ont eu la chance d’assister à la projection en avant-première chez Disney… Voici leur ressenti sur ce nouvel épisode des aventures de Flash McQueen.

Entre la saga Cars et moi il y a une sorte d’amour et de haine, d’amusement et de lassitude, bref un mix d’émotions particulier, surtout depuis que je l’ai fait découvrir à mon fils qui est devenu fan inconditionnel des voitures anthropomorphes. Quand j’ai vu Cars pour la première fois, le film m’a déçu car, accroc aux films Pixar, celui-ci m’apparaissait moins bon et ma déception était grande. Non pas que les aventures de Flash Mcqueen fussent un mauvais film, mais il manque ce petit je ne sais quoi qui rend le film culte comme peuvent l’être les aventures de Buzz l’éclair ou les péripéties de Nemo. Quand Cars 2 est sorti j’ai rapidement acheté le DVD, mais n’y voyant qu’une banale suite au 1, je l’ai laissé pendant très longtemps traîner jusqu’au jour où j’ai sauté le pas, et là, j’ai pris une claque. Je m’attendais à une suite anecdotique et je me retrouve à vibrer avec Finn Mc Missile autant que j’avais pu vibrer enfant quand James Bond poursuivait Ernst Stavro Blofeld. Mais si j’ai adoré le film, Flash n’y faisait que de la figuration…

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais la naissance de mon fils (il a 3,5 ans maintenant) a tout changé, en effet ne voulant pas qu’il regarde n’importe quoi à la télévision, j’avais préparé une sélection de films autorisés (dont tous les Pixar) et du jour au lendemain Flash McQueen devint Makaqueeeeeeennnnnn… L’amour de mon fils pour Flash est complet, s’il voit une course de formule 1 a la télé et qu’on lui demande qui a gagné il répondra sans hésiter : « Baaahhh, Makaqueen Papa ! » Flash est donc le coureur parfait et complet, le Senna de l’imaginaire enfantin, mais il est encore bien plus. Le merchandising étant abondant on s’est très vite retrouvé avec une collection abondante de voitures anthropomorphes. C’est donc ensemble que nous avons découvert le premier trailer de Cars 3 et là le choc pour le fiston et pour le papa….



Flash McQueen brisé en mille morceau qui semble mourir et c’est le choc complet, qu’allait il se passer? Puis se succédèrent les bandes annonces que nous regardions en boucle dans l’espoir d’y découvrir l’histoire de Flash et surtout de comprendre qui est ce fameux Jackson Storm, celui qui prend l’ascendant sur notre n°95 préféré. L’attente était longue et quand Disney nous a proposé de découvrir la vérité avant tout le monde, elle est devenu pour nous aussi importante que pour une sortie de Star Wars. Mon fils devait donc manquer l’école un vendredi après-midi et même si c’était un secret, toute sa classe savait déjà qu’il allait chez Mickey voir MakaqueenIl y a eu tout un cérémonial car il voulait connaître tous les noms des personnages par coeur, se trouver les bons vêtements (et oui Mickey c’est pas n’importe qui) et pendant 2 semaines il y avait ce décompte avant la projection avec cette étincelle dans les yeux qui provoquait chez lui un bonheur absolu…

C’est donc le vendredi 16 juin (le jour de la sortie US) que nous sommes arrivés chez Mickey avec une certaine excitation. Après avoir dit bonjour à Mickey nous nous sommes installés dans la salle de projection. Les premières images du films confirment les impressions des trailers, le film marque une nouvelle étape au niveau technique et donne un coup de vieux à tout ce qui a été produit avant. Il ne faut pas oublier que Pixar est aussi une société très active en recherche et développement sur l’imagerie numérique et à laquelle on doit de nombreuses innovations. C’est donc aussi à travers ce film, un nouveau jalon dans l’histoire de l’animation que l’on perçoit nettement et qui est de très bon augure pour la sortie de Toy story 4…

Ce film est donc du caviar pour les yeux et il est dur de ne pas apprécier sa splendeur visuelle. Très rapidement on se rend compte que le film est centré totalement sur Flash et que la course reprend le centre du récit. Mais il y a quelque chose qui cloche, la légende McQueen n’est plus que l’ombre d’elle-même et on assiste médusé à sa décadence jusqu’à l’accident vu dans le trailer qui impressionne tant par sa violence que par la destruction de l’icône qu’il représente. Le film va donc se concentrer sur sa récupération et son entraînement pour revenir au plus haut niveau et battre l’imbattable Jackson Storm. D’ailleurs c’est probablement là tout le paradoxe de ce film, si techniquement il représente ce que le numérique fait de mieux, tout le scénario vise à démontrer que l’excès de technologie fait perdre son âme à tout et que rien ne vaut le vintage et l’analogique.

McQueen rencontre donc sa partenaire d’entraînement Cruz Ramirez qui va lui faire preuve d’introspection afin que McQueen s’interroge sur son destin et comprenne ce qui est important pour lui. Le film est donc axé sur le passage de flambeau, la gloire passée, la nostalgie comme si le but était de faire revenir en 2003 les spectateurs qui ont vu le film enfant. C’est d’ailleurs ce point qui a été le plus problématique pour mon fils, car le film enchaîne beaucoup de dialogues plus que d’actions et il a décroché quelques fois trouvant le temps long. On sent que le film ne s’adresse pas spécifiquement aux enfants mais bien à un public un peu plus âgé (sans pour autant en faire un film pour adulte). Les enfants plus petits (-8 ans) risquent d’avoir du mal et peuvent être choqués par la violence de certaines scènes (en particulier le crash de McQueen), les adultes eux resteront sur leur faim mais la génération des 10/25 ans va adorer.

Mais malgré tout, à la fin du générique, les premiers mots de mon fils furent : « Encore Papa ! » Et de retour à la maison il a revécu le duel Storm/McQueen avec ses jouets Cars! Donc comme dirait mon fils : « Merci Mickey pour ce moment! »

Posté le 4 juillet 2017 | Laisser un commentaire
Posté dans Cinéma - Critiques Cinéma | Tags : , , ,

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *