Accueil Loisirs Jeux de société HORREUR À ARKHAM – L’HÉRITAGE DE DUNWICH

HORREUR À ARKHAM – L’HÉRITAGE DE DUNWICH

Posté dans Jeux de société - Loisirs Le 7 juillet 2022 par Max Leleu

Horreur à Arkham est un Jeu de Cartes Evolutif (JCE) qui prend pour inspiration l’univers de Lovecraft avec le mythe Cthulhu où des investigateurs vont tenter de résoudre des conspirations et déjouer les plans mystérieux des dieux anciens tout en combattant ses propres démons. La première version de la boite de base est sortie et distribuée par Amosdée en France en 2016 et depuis de nombreuses extensions et paquets de mythe ont fait leur apparition. Le principe est simple, les joueurs endossent le rôle d’un investigateur en choisissant un type de personnage. Ce personnage va avoir des cartes qui lui sont propres, ensuite il faut constituer un deck d’une trentaine de cartes en fonction de sa classe (gardien, mystique, truand, chercheurs ou survivant), de cartes neutres et de cartes faiblesses. Après la constitution de votre deck, il est temps de commencer votre campagne. Celle-ci est constituée de cartes lieu, acte et intrigue.

En fonction de votre campagne choisie, des lieux sont positionnés tel une map, votre investigateur va se placer de lieu en lieu pour pouvoir enquêter ou combattre. Pour enquêter, le joueur doit faire un test, non pas avec des dés comme un JDR, mais en piochant au hasard un jeton. Ce jeton va modifier en bien ou ou mal la compétence (l’intelligence) lié sur l’action d’enquêter. En réussissant ce test, le joueur remporte un jeton indice. Avec un nombre d’indice suffisant, la carte acte suivant peut être dévoilée et faire ainsi évoluer l’histoire en faveur de l’investigateur. Je dis bien en faveur car les cartes intrigue, quand à elles, font déclencher des évènements pas hyper chouettes entre l’apparition de monstres, des pertes de points de vie, … A chaque fin de tour, un point fatalité se pose sur la carte intrigue et au bout d’un certain nombre, la suivante est révélée Vous l’aurez sans doute compris, la difficulté (modifiable) réside dans le sac de jeton qui sert aux tests pour combattre, enquêter, combattre et fuir. Le jeu de base donne la possibilité de jouer la campagne La Nuit de la Zélatrice sous la forme de 3 decks d’histoire avec un choix de 5 investigateurs jouables entre 1 et 2 joueurs.

Quoi de neuf ?

Depuis, il y a eu plusieurs extensions constituées de boites contenant de nouvelles cartes joueurs et scénario. Par la suite, des compléments d’extension (des extensions) sont venus ajouter une suite à la campagne de cette dernière, des paquets mythe (environ 60 cartes jouables uniquement si vous avez la boite de base ET l’extension de la campagne en question) et des paquets investigateurs pour ajouter un peu de diversité dans le deck du joueur. Cette année, Asmodée ressort une compilation de toutes les extensions, la première étant L’héritage de Dunwich. Cette boite est constituée des deux scénarios d’origines et des 6 paquets mythe sortis individuellement. Pour les joueurs ayant déjà l’ancienne boite Héritage de Dunwich et les paquets mythe, cette nouvelle boite ne vous apporte aucune nouvelle carte. Cette édition est faite pour les nouveaux joueurs ne connaissant pas le format et voulant acquérir rapidement les différentes campagnes.

En plus de l’extension de campagne, l’extension investigateurs ajoutent 5 autres personnages avec leurs caractéristiques bien à eux. C’est plus de 200 cartes qui vont agrémenter votre boite de base. Avec ceci vous pourrez arpenter la campagne de l’héritage de Dunwich jusqu’à 4 joueurs (contre 2 joueurs avec seulement la boite de base). Ce qui donne un panel de cartes conséquent pour construire un ou plusieurs decks. Une capacité fait sont apparition dans cette extension investigateurs : Etudiée. En plus d’avoir un deck évolutif au fur et à mesure des campagnes, certaine cartes possèdent la capacité « étudiée », surtout sur les cartes de la classe chercheur. Pour être inclus dans le deck, celui-ci doit inclure la version « à identifier ou traduire ». En jouant la carte de niveau inférieur, vous pourrez écrire sur le carnet de campagne que vous l’avez étudiée. A la fin du scénario, au moment d’acheter de nouvelles cartes, vous pourrez l’échanger votre carte contre sa version étudiée.

J’avais déjà la boite de base mais aucune extension car les anciennes versions étaient trop éparpillées. Pour avoir l’histoire complète il fallait acheter la boite, les paquets et les investigateurs séparément. Ce qui faisait monter très vite la facture. Cette nouvelle édition sera vraiment pratique pour les nouveaux joueurs ou les anciens qui n’ont pas sauté le pas comme moi dans les extensions. La campagne est vraiment immersive et prenante. A certains moments, on peut presque avoir la chair de poule quand une carte intrigue doit être retournée… Vivement la suite !

Posté le 7 juillet 2022 | 1 commentaire
Posté dans Jeux de société - Loisirs | Tags : , , ,

Ecrit par Max Leleu

J'ai commencé mes armes sur Nes avec "Les Tortues Ninja" puis avec "Tomb Raider" sur la première PlayStation. Aujourd'hui, j'aime toujours autant découvrir de nouveaux jeux ("The Last of Us", "Nier Automata", "Assassin's Creed" et j'en passe). Je réalise des vidéos pour le site d'une célèbre radio.

Vos réactions

Un commentaire sur “HORREUR À ARKHAM – L’HÉRITAGE DE DUNWICH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.