Accueil Jeux-vidéo JUST CAUSE 3 détone sans étonner…

JUST CAUSE 3 détone sans étonner…

Posté dans Jeux-vidéo - Xbox One Le 19 janvier 2016 par Anthony Cocain

Just Cause 3_20151216095527

1448871977-2243-jaquette-avantIl faut l’admettre, Just Cause aura marqué les esprits sur PS2/Xbox en 2006 et Just Cause 2 est loin d’être passé inaperçu sur PS3/Xbox 360 en 2010. Mais Just Cause 3 aura-t-il le même impact sur PS4/Xbox One? Pas si sûr…

Pour rappel, le concept de Just Cause est le suivant: on incarne Rico Rodriguez, un mercenaire rebelle plus fort que tout le monde qui tente de soulever la dictature en place à coup d’explosifs. Tout cela se déroulant bien sûr dans un open world paradisiaque au milieu de la méditerranée.

Alors en 2006, on trouvait cela génial, le jeu proposant un défouloire inédit dans lequel on se fout un peu des théories de la gravité et où on peut tout exploser à coup de bazooka. En 2010, avec un petit renouveau graphique on s’y croyait encore plus mais on sentait déjà le réchauffé. Avec Just Cause 3 toujours réalisé par Avalanche Studios, on s’attendait à en prendre encore plein les yeux avec des effets visuels et des animations encore plus scotchantes. Mais la recette commence à ne plus nous émerveiller… Explications.

Just Cause 3_20151218201109

Just Cause 3_20151216095834

Passons le scénario anecdotique et décousu… On se retrouve sur une map certes immenses avec de multiples îles. Il fait toujours beau et c’est un plaisir d’arpenter cet environnement sur terre, sur mer ou dans les airs. La trame principale est en fait une succession de missions qu’on a souvent du mal à différencier des missions et défis annexes. On se retrouve alors très vite livré à soi-même dans le jeu pour finalement faire un peut tout et n’importe quoi.

Alors certes, on s’amuse beaucoup dans Just Cause 3. On retrouve le principe de libération de zones (villages, usines, etc..) représentées par la couleur rouge. Il faut pour parvenir à ses fins, tuer les soldats présents et détruire les différents éléments clés : réservoirs, radars, radios, alarmes, etc.. On manque rarement de munitions et d’armes, ainsi on s’en donne à coeur joie avec mitrailleuses, bazooka, grenades, C4 et j’en passe. On assiste alors à des explosions dantesques qui en enchaîne d’autres. Le spectacle pyrotechnique est la force du jeu à n’en pas douter.

Just Cause 3_20151218200854

Heureusement les missions principales sont légèrement différentes et proposeront des poursuites à voiture ou en hélico, des sauvetages, etc.. Mais on finit vite par tourner en rond tout d même dans la variété d’actions. Du coup, on se surprend à délaisser les missions pour s’amuser avec la mécanique du jeu et en premier lieu le fameux grappin de Rico. En effet, grâce à cela, notre héros bronzé et velu peut atteindre des zones en hauteur, se balancer dans le vide pour ensuite planer dans les airs avec sa wingsuit mais on peut aussi attraper des ennemis et c’est là que le fun monte d’un cran. On en deviendrait vite sadique en s’amusant à mettre son grappin sur d’honnêtes citoyens. On peut alors les lier les un aux autres pour rétracter le filin et les faire se téléscoper… On peut aussi les projeter dans les airs ou les attacher au pare-choc d’un véhicule. Bon on se calme… mais avouons que c’est super amusant… hum.

Si on s’attendait à un magnifique Just Cause 4 sur Xbox One et PS4, c’est loin d’être le cas. Certes par rapport à la PS3 on gagne en détails et c’est globalement joli. Mais ce n’est pas à la hauteur d’autres titres du moment. Un open world si peu varié dans les décors aurait dû profiter de meilleurs modélisations et textures. C’est bien dommage. Il semble que Avalanche ait tout misé sur les splendides effets pyrotechniques.

Just Cause 3_20151218201510

Le gameplay lui aussi souffre d’imprécisions et c’est bien dommage tant les possibilités sont immenses. Rico peu tout faire : conduire, sauter, voler, atterrir sur le toit d’un véhicule ou atteindre un hélico en plein air pour remplacer le pilote… Mais les imprécisions et les soucis de caméra ternissent souvent l’expérience.

Notez que le jeu propose un système de scoring par la destruction, ce qui permet d’accumuler des points afin d’agrémenter notre arsenal. Aussi, des épreuves de conduite nous permettent de déverrouiller et booster des véhicules.

Just Cause 3_20151220155859

Ce qui choque le plus dans ce JC3 c’est l’ambiance monotone. Si le jeu est basé sur l’action et les explosions à tout va, on sent que les lieux (même les villes) sont vides, sans animation et trop ressemblants les uns les autres. On est loin de ressentir la vie et le réalisme d’un jeu comme GTA V ou Watch Dogs (pour parler d’open world). Il faudra attendre Just Cause 4 pour cela peut-être…

Just Cause 3 (testé sur ici sur PS4) est le défouloir attendu sur les nouvelles consoles. Mais ce n’est toujours qu’un défouloir qui manque cruellement de profondeur et de finitions. Comme les autres opus on tourne vite en rond et on se surprend à faire mumuse avec la physique du jeu plutôt que de vivre une réelle aventure. Il faut croire que la série a ses clients et qu’elle peut perdurer, mais il va falloir aller plus loin avec JC4 je pense…

Posté le 19 janvier 2016 | 1 commentaire
Posté dans Jeux-vidéo - Xbox One | Tags :

Ecrit par Anthony Cocain

Créateur du blog, webmaster, rédacteur, testeur... depuis 2006. Joueur depuis... les 80's... Je souhaite partager avec vous ma passion du jeu video à travers son histoire et son actualité avec tests, news, previews, reportages...

Vos réactions

Un commentaire sur “JUST CAUSE 3 détone sans étonner…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.